PURA VIDA!

PURA VIDA

Ce sont les premiers mots que j’ai entendus en arrivant dans le pays après un long voyage. Même si tout s’est bien passé, trois vols, une nuit passée à l’aéroport et 7 heures de décalage auront eu raison de mon enthousiasme. Nous avons tout de même failli ne pas embarquer depuis Boston car le gars au check-in ne voulait pas nous faire nos cartes d’embarquement. La raison? Nous n’avions pas de billet retour depuis le Costa Rica donc d’après lui, nous allions nous faire refouler par l’immigration. Je précise quand même que Nico avait pris la précaution d’appeler directement l’ambassade pour clarifier la situation à ce niveau là car nous avions un doute et que l’ambassade avait assuré que le billet d’avion depuis le Panama suffisait. Apparemment non. Nous voilà donc à 5h30 du matin en train d’acheter un billet de bus Costa Rica / Panama (merci le wifi!) et à croiser les doigts pour que ça passe. Bref, le coup du bus a fonctionné et c’est tout crasseux, épuisés mais heureux que nous sommes arrivés à San José.

L’ARRIVEE

A l’arrivée, nous avons été pris en charge par une association à laquelle nous avions fait appel pour la location du 4×4. C’est vraiment confortable d’être accueillis et de ne pas avoir à se poser de questions à l’arrivée. Le chauffeur nous a conduit à notre hôtel (rempli de Français qui sont tous passés par la même association), petit havre de paix qui proposait des plats typiques « pas chers ». Nous n’avions pas encore la voiture, il faisait nuit, nous étions fatigués, alors on s’est laissé tenté. L’addition fut salée : 37 dollars pour deux quesadillas, un hamburger et un casado (le fameux plat à base de riz et de haricots rouges). « Pas cher » qu’il disait! Nous nous sommes rapidement rendus compte, même si nous l’avions déjà lu, que la vie est extrêmement chère au Costa Rica. Mais revenons à notre première nuit. Personne n’a demandé son reste et tout le monde a passé une bonne nuit. Le lendemain, après le petit déjeuner, nous avons bénéficié d’un briefing de la part de l’association avec laquelle nous avons fonctionné (Tout Costa Rica pour ceux qui seraient intéressés). Un jeune nous a donné quelques recommandations concernant le 4×4 et la conduite puis nous a donné une pléthore de conseils et d’astuces concernant la vie locale avant de passer en revue tous les secteurs touristiques. Nous avons vraiment apprécié ce briefing, très intéressant et très instructif. Téva a ensuite profité de la piscine puis notre 4×4 est arrivé.

Nous avons commencé par faire quelques courses avant de nous diriger vers Cartago pour notre deuxième nuit. Il se trouve que, comme souvent, je me suis trompée dans la date de la réservation de notre 2ème logement et que du coup, nous n’avions rien pour le soir même. J’ai trouvé à la hâte un hébergement vraiment pas cher vers Cartago et ce fut une véritable bonne surprise. Il s’agissait en fait d’une chambre chez l’habitant et nous avons ainsi fait la connaissance de Berna, une hôte exceptionnelle. Non seulement nous avons été très bien reçus mais en plus nous avons eu le plaisir de discuter avec cette charmante dame et avec ses amis.

IMG_1756

La basilique de Cartago

LE VOLCAN IRAZU

Le lendemain, nous nous sommes levés tôt pour nous rendre au volcan Irazu. Quand nous sommes arrivés sur le site à 8h du matin, il n’y avait quasiment personne. Le spectacle valait vraiment le coup. Le volcan Irazu possède plusieurs cratères dont le deuxième plus grand du Costa Rica (1 km de diamètre). Le ciel était bien dégagé et nous avons ainsi pu profité de la vue magnifique. Nous avons ensuite marché jusqu’au point le plus haut, à plus de 3400 mètres d’altitude. L’ascension fut difficile pour Malie à cause de l’altitude mais là encore nos efforts ont été récompensés. Tout d’abord, nous avons eu la chance de voir des oiseaux endémiques du Costa Rica. Puis nous avons eu le loisir d’observer trois sortes différentes de colibris. Enfin, arrivés au sommet, nous avons surplombé les deux cratères vus un peu plus bas, entourés d’une superbe mer de nuages. Magique! Téva a particulièrement apprécié de voir des oiseaux d’aussi près. Il était ravi.

dc1d8e3c-9ee4-43c4-b49b-c86c3fb41b74IMG_1788IMG_1792

A midi, nous sommes retournés chez la dame pour récupérer nos sacs car on nous a bien mis en garde : on ne laisse rien dans la voiture! Même pas pour 5 minutes! Du coup, on ne laisse rien dans la voiture!

Direction ensuite Alajuela pour gagner l’hôtel que j’avais initialement réservé. La circulation est dense et désagréable. Nous sommes pris dans les bouchons et nous mettons un temps infini à parcourir quelques kilomètres. Arrivés à l’hôtel, c’est la déception en ce qui me concerne. Pas d’extérieur et environnement extrêmement bruyant. Quand l’hôte t’accueille avec des bouchons d’oreille sur la table de nuit, c’est pas bon signe. L’idée de passer quatre nuits ici me mine et je m’en veux d’avoir réservé ici. Mais l’accueil est très chaleureux (le papy est même allé à la boulangerie nous acheter des gâteaux) et l’hôtel-appartement bien équipé. Nous nous posons un peu l’après-midi et en profitons pour faire travailler les enfants. En fin d’après-midi, nous allons au marché nocturne. Et quel marché! Des étals de fruits et de légumes comme j’en ai rarement vus! Les gens y remplissent carrément leurs chariots. Nous avons envie de tout gouter, de tout acheter mais malheureusement nous sommes à pieds donc pas question de ramener une pastèque entière! Les vendeurs ne sont pas du tout agressifs et nous proposent de gouter leurs fruits. Nous nous montrons raisonnables et nous repartons seulement avec un morceau de pastèque, de la manzanna Dulce (sorte de pomme poire que personne n’a aimée) et du chirimoya.

LE VOLCAN POAS ET SARCHI

Le lendemain, nous nous sommes levés à 6 heures du matin pour nous rendre au volcan Poas. C’est un volcan encore en activité dont le magnifique cratère émet des fumerolles. Arrivés sur place, il ne fait vraiment pas chaud et le ciel est brumeux. On nous équipe de casques car il y a toujours un risque de projection et nous partons avec notre groupe. En effet, la visite du volcan est hyper réglementée : seuls un nombre limité de personnes peut y aller à la fois et on ne peut rester au cratère que 20 minutes maximum. Nous  parcourons les quelques 200 mètres qui nous séparent du cratère et là : déception! Nous ne voyons rien du tout. C’est complètement bouché. Nous n’avons pas la vue mais nous avons l’odeur! Cette odeur de souffre caractéristique et qui incommode Malie. Et nous voyons aussi les impacts de la dernière activité du volcan, en avril 2017. Nous n’avons pas eu de chance sur ce coup là mais c’était quand même exceptionnel de se tenir si près d’un volcan en activité.

IMG_1810IMG_1814IMG_1820

Les traces de la dernière activité.

IMG_1815

La vue sur le Poas!

Nous avions décidé d’aller ensuite à Sarchi, ville artisanale par excellence. On y travaille le bois et on y fabrique les fameuses charrettes colorées dont les roues sont un véritable emblème du pays. La petite ville est sympathique : jolie église aux murs verts et plus grande charrette colorée du Costa Rica. Nous nous arrêtons dans une boulangerie pour déguster quelques spécialités locales puis nous nous rendons au jardin botanique situé juste à côté. Avant de l’atteindre, nous nous arrêtons dans LE magasin de souvenirs du pays. C’est un peu tôt dans le voyage pour faire des emplettes mais on y trouve de tout et à un prix raisonnable. Tout le monde fait ses petits achats et nous allons ensuite au jardin botanique. C’est un véritable havre de paix. Nous nous promenons au milieu d’une nature luxuriante et « étiquetée! », ce qui nous permet d’apprendre quelques noms de plantes. Les enfants s’en donnent à coeur joie avec leurs appareils photos et s’éclatent aux jeux pour enfants.

IMG_1824IMG_1833IMG_1854

Nous rentrons dans l’après-midi à l’appartement pour les faire travailler un peu et nous nous rendons au marché, en voiture cette fois, pour trouver porte close! C’est fermé le samedi soir et le dimanche aussi! Du coup, pas de fruits et légumes frais pour nous!

BILAN

Finalement, je me suis habituées à notre appartement. Avec les bouchons d’oreille, je ne suis pas du tout gênée pour dormir et il est quand même bien placé par rapport à nos visites. Je mets mon coup de mou sur le compte de la fatigue. D’ailleurs j’ai été un peu longue à écrire cet article car j’était trop fatiguée pour m’y mettre.

Les enfants sont très sages et travaillent sérieusement. Les gens sont très chaleureux et accueillants. Les maisons sont colorées. La nature est luxuriante… Et tout est cher! PURA VIDA!

19 réflexions sur “PURA VIDA!

  1. caligalo

    Ben dis donc quelle aventure! Pauvre petite Malie qui a bien du mal avec l’altitude c’est pas facile. Réveil 6h dur dur. Toutes vos découvertes sont tellement passionnantes. C’est normal d’etre épuisée les premiers jours en tous cas merci de prendre le temps de nous raconter vos visites votre vie c’est vraiment super! Les enfants sont bien courageux de travailler tous les jours au milieu de toute cette aventure. On vous fait plein de bisous et envoyez nous un petit bout de soleil !

    J'aime

  2. Arlette Rivière

    Bon la grande fatigue explique bien des choses !! mais je suis sure que ça va être de mieux en mieux au fur et a mesure de votre voyage !! je le souhaite fortement !! merci de nous faire vivre ce beau voyage avec vous ! car à nos ages nous ne le ferons jamais !! merci de tout cœur et plein de bisous !! (à midi au jeu des 12 coups de midi ils ont montré la photo de la basilique du 17 e siècle que vous avez visité !) à bientôt mes chéris :!

    J'aime

  3. Salamé

    Merci de ces commentaires détaillés de ce début de voyage. Comme souvent, il y a des bonnes et des mauvaises surprises, mais les imprévus font partie de la vie des voyageurs ; vous vous êtes adaptés à la situation grâce à vos expériences passées. Vous avez apparemment bien apprécié les spécialités culinaires du Costa Rica. Bonne suite de séjour. Bises à tous les quatre.
    Les grands-parents Françoise et Pierre

    J'aime

  4. Audrey

    Ouaaaaa ! Merci pour les photos et les descriptions des odeurs des volcans !
    Le rêve de la prof de cailloux ! 😍😍😍😍
    Pura Vida est le titre parfait. La vie est un arc en ciel, il faut de la pluie et du soleil pour obtenir de belles couleurs.
    Enjoy.
    Des bises à vous 4

    J'aime

  5. christelle

    Vous allez trouver le bon rythme petit à petit ! Le trajet éprouvant a laissé quelques traces de fatigue qui vont vite se dissiper, et ce n’est pas non plus de tout repos de passer de la piscine …à plus de 3000 mètres, sans compter que vous devez aussi vous habituer à la différence de climat depuis votre départ ! Merci pour ces magnifiques photos qui nous font découvrir avec un immense plaisir les richesses qu’offrent la faune et la flore du Costa Rica ! Je n’avais jamais entendu parler du chirimoya ! Régalez vous, je vous embrasse fort !

    Aimé par 1 personne

  6. AUDREY FERNANDEZ

    Ouaaaaa ! Merci pour les photos et les descriptions des odeurs des volcans !
    Le rêve de la prof de cailloux ! 😍😍😍😍
    Pura Vida est le titre parfait. La vie est un arc en ciel, il faut de la pluie et du soleil pour obtenir de belles couleurs.
    Enjoy.
    Des bises à vous 4

    Aimé par 1 personne

  7. Cécile Martin

    Hello Emma!
    C’est fabuleux de te lire, de voir ces superbes photos! Vous avez l’air si heureux Vous êtes rayonnants. Je suis rassurée et contente pour vous que tout se passe bien. Je ne me connecte qu’aujourd’hui mais je sens que vous allez devenir ma petite bulle d’évasion régulière.
    Bonne continuation. Take care.
    Lots of love to you 4.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s