Bienvenue en Bolivie

Notre passage en Bolivie s’est fait tout en douceur. Aucun soucis avec les bagages, passage de la sécurité nickel (mon angoisse à chaque fois, vu la quantité d’objets électroniques que nous transportons), passage de l’immigration sans problème (autre angoisse depuis le coup du Costa Rica), vol à l’heure qui est même arrivé en avance. Un gars de l’hôtel était censé nous attendre à l’aéroport pour nous transporter mais comme nous sommes arrivés en avance, nous nous sommes ratés. Nous avons donc pris un taxi qui nous a amené directement à notre hôtel. Presque trop facile en comparaison de notre arrivée en Inde où il avait fallu batailler avec le chauffeur qui faisait semblant de ne pas comprendre où nous voulions aller et qui essayer de nous emmener à l’hôtel de son pote. Bref, des « good vibes » dès notre arrivée.

La ville de Santa Cruz est une très grande ville, très développée à la périphérie mais qui a conservé un fonctionnement d’antan en son centre. Le premier jour, nous avons visité la ville : grande place centrale et très animée le matin et zoo l’après-midi. Sur la place centrale, des reproductions de tableaux côtoient des fresques colorées représentants les instruments traditionnels du pays. De l’autre côté de la place, une grande église, des joueurs d’échecs, des vendeurs de café ambulants et … des pigeons! Des centaines de pigeons nourris pas les passants et qui font le bonheur des plus petits. À cette occasion, nous avons joué les vrais de vrais et nous avons tenté un café sur la place. Très chaud, très sucré mais très bon. Et nous n’avons même pas été malades. Des déglingos on vous dit!

La visite du zoo l’après-midi m’a brisé le cœur. Je ne suis pas particulièrement branchée « animaux  » mais voir toutes ces bêtes dans leurs cages m’a fait monter les larmes aux yeux. Quand on a eu la chance de les voir en liberté, c’est un de déchirement de les voir derrière les barreaux. Alors pourquoi avoir visité le zoo me direz-vous ? Et bien, nous voulions pouvoir mettre un nom sur certains animaux vus dans la nature. De plus, même si je ne suis pas fière de notre visite, cela nous a donné l’occasion de voir des Jaguars, des boas, des anacondas et autres bestioles avec lesquelles je préférerai ne pas tomber nez à nez en randonnée.

Le lendemain, nous avons fait travailler les enfants et nous nous sommes rendus sur le marché en fin d’après-midi. Et comme je vous le disais plus haut, on retrouve un fonctionnement à l’ancienne dans la vieille ville. Les échoppes sont organisées en quartiers : le quartier des culottes, le quartier du plastique, celui des fournitures scolaires et celui des anniversaires. En effet, toute une rue est dédiée à l’organisation des anniversaire. Apparemment, les parents mettent le paquet pour leurs rejetons : gâteaux géants et figurines Disney reproduites sur polystyrène, piñatas en veux-tu, en voilà et tintoyes (merdouilles pour ceux qui ne sont pas du pais) en plastiques à tire larigot ! Avec nos pauvres nappes en papiers colorées nous sommes tout simplement ridicules! Nous avons ainsi déambulé au gré de nos envies, nous rappelant par la même occasion les villes asiatiques.

Nous sommes ensuite partis pour la ville de Samaipata. Le gérant de notre auberge nous a indiqué sur la carte à quel endroit on pouvait pendre un taxi partagé pour y aller. Ça n’avait pas l’air loin sur la carte mais avec nos énormes sacs à dos (23 kilos pour Nico et 20 pour moi, plus les « moyens sacs à dos d’une douzaine de kilos, plus le sac de bouffe, plus les sacs à dos des enfants) cela m’a semblé une éternité. Nico, têtu, n’a pas voulu acheter de valise au Panama mais m’a dégoté tout fier de lui un petit charriot pour traîner mon sac. Ce charriot s’est avéré tellement pratique car l’heure qu’il est, nous nous en sommes déjà séparés. C’était encore pire que de porter nos sacs.

À l’auberge, le patron nous dit que les tentes que nous avions réservées ne sont pas disponibles et nous nous voyons upgradés dans une chambre avec salle de bain privative. Comme il n’y a qu’un seul lit pour les enfants, Téva a dormi sur son matelas gonflable (contente de ne pas le charrier pour rien), et ne soyez pas désolés pour lui parce lui était ravi !

Nous avons visité les vestiges Incas du « Fuerte » composés d’une énorme roche gravée et de ruines de maisons et bâtiments. Le rocher sur lesquels on pouvait observer des gravures de pumas et de serpents avait une fonction religieuse. De nombreux temples entouraient le rocher à l’époque. Nous avons pu observer des niches dans lesquelles les Incas conservaient les momies de leurs morts ainsi que des statues de leurs dieux et déesses. Aux alentours du rocher, les fondations des maisons et bâtiments administratifs nous ont permis d’en savoir plus sur la civilisation Inca. Les maisons étaient traditionnellement tournées vers un patio commun, les murs étaient faits de pierres et de boue, on cultivait les champs et l’on s’échangeait ses biens sur la place commune. Un énorme trou de plus de 16 mètres avait été creusé à l’époque mais on ne sait pas exactement pourquoi ; il pouvait s’agir d’une citerne d’eau, d’un passage sous-terrain, ou encore d’une prison. Charmant… Les enfants se sont montrés attentifs et intéressés par la visite que nous avons complété par un petit tour au musée de la ville consacré au Fuerte. On y trouve des poteries trouvées sur le site ainsi qu’une maquette présentant une reconstitution du site à l’époque des Incas (15eme siècle).

Outre le site inca, nous avons fait une belle randonnée accompagnée de notre guide Inès. Pourtant, ça partait mal. Alors qu’on nous avait assuré la veille que notre guide parlerait anglais, il s’est avéré qu’elle ne parlait qu’espagnol. En plus, le chauffeur avait l’air d’avoir 16 ans, pas super rassurant. Au final, tout le monde a apprécié la journée. Inès s’est montrée patiente et très pédagogue. Les enfants l’ont adorée. En plus de nous guider à travers le parc national d’Amborro, elle nous a donné beaucoup d’explications sur les vertus des différentes plantes médicinales que nous avons rencontrées sur notre chemin, nous a fourni des précisions sur la façon de vivre des Boliviens et nous a pris en photos des milliers de fois! Nous avons passé l’après-midi dans un canyon que nous avons atteint moyennent trois passages de rivière à pieds pour le plus grand bonheur des enfants. Téva s’en est donné à cœur joie et a enchaîné les sauts dans l’eau en compagnies de trois jeunes locaux. Tout le monde fut ravi de sa journée. Notre guide était super et notre chauffeur s’en est bien tiré pour quelqu’un qui n’avait pas l’âge de passer son permis !

Samaipata est une petite ville charmante dans laquelle nous avons pris beaucoup de plaisir à flâner. Ses petites ruelles lui donnent un air de village de western et nous nous sommes régalés de faire nos courses au marché. Les enfants étaient tout surpris de voir qu’on nous vendait les œufs dans des sachets en plastique et les pâtes en vrac. Cette fois-ci la cuisine était tellement précaire que nous étions les seuls à nous en servir. Il faisait plutôt frais le soir et nous supportions aisément un T-shift à manches longues voire une petite polaire, surtout après une bonne douche froide, sempiternel lot des backpackers.

Pour rejoindre la ville de Sucre, nous avons opté pour un trajet en avion, un peu plus cher certes mais tellement moins long et plus sécuritaire. Et notre trajet pour retourner à l’aéroport de Santa Cruz nous a donné raison. Le chauffeur conduisait comme un c*nn*rd (je vous laisse replacer les voyelles) et les enfants ont été malades tout le trajet. Mais l’univers l’a puni et il est tombé en panne. Il n’a pas pu finir sa course et nous sommes montés dans un autre taxi qui nous a emmené directement à l’aéroport. Quand on pense qu’il y a dix heures de bus pour aller à Sucre sur une mauvaise route, on se dit que l’avion, en fait, c’est bien.

Voilà pour nos premiers jours en Bolivie. Le pays nous plaît beaucoup. Les gens sont sympas et les paysages magnifiques. Et encore, nous n’avons pas vu les beaux endroits pour le moment. Tout le monde va bien et profite de chaque moment du voyage, même si la famille et les proches nous manquent.

À très bientôt pour de nouvelles aventures.

Et d’ici là, portez-vous bien.

18 réflexions sur “Bienvenue en Bolivie

  1. Françoise et Pierre Salamé

    Votre arrivée en Bolivie s’est bien passée, tant mieux… et la découverte d’un nouveau pays est excitante, vous ne changez pas de langue mais sûrement de culture par rapport à l’Amérique Centrale. Mais comme les grands routards, vous savez vous adapter à toutes les situations et profiter des particularités de chaque pays. Le fait de vous déplacer sans voiture vous permet d’avoir beaucoup de contacts avec les populations locales. La Bolivie, d’après votre description, est un pays tranquille et accueillant. Bonne continuation et bonne découverte de la Bolivie ancestrale. Grosses bises des Castelnauviens.

    J'aime

  2. christelle

    Nouveau pays, nouvelle ambiance et toujours autant enrichissante !!! Vous faites les bons choix et avez bien raison de privilégier la sécurité qui nous rassure aussi ! Ces petites rues sont très pittoresques en effet et le fuerte impressionnant et tellement chargé d’histoire ! Vous nous manquez aussi terriblement, mais nous sommes toujours avec vous, grâce à vos récits et photos nous voyageons à vos cotés ! Plein d’énormes bisous !

    J'aime

  3. Arlette Rivière

    Merci de nous faire vivre à vos cotés toutes vos découvertes !! c’est un vrai régal !! on ne s’en lasse pas !!! nous vous embrassons très fort tous les quatre !!!

    J'aime

  4. Evelyne Cadena

    Je me retiens de projeter en cours des extraits et des images de ton blog.
    Avec les 3ème nous étudions l’Amazonie, le Machu Pichu, …. et avec les 4ème la Bolivie, les Kallawayas et leurs plantes médicinales.
    Merci de nous faire partager vos aventures.
    Besitos

    J'aime

  5. Nini

    Faute de Colombie vous êtes en Bolivie c’est bien aussi 😂😂 ça a l’air bien sympa on le sent dès les premières lignes puis quand tout se goupille bien c’est un bon présage ! Lolo voulait me faire la surprise de nous offrir l’avion aller retour pour venir vous voir ce week-end…il voyait ça plus près…😂😂😂l’intention était bonne et si on avait eu une dizaine de jours dispos on serait venu! J’attends tes nouveaux articles comme j’ai pu attendre les nouveaux livres de virginie grimaldi. Continuez de vous éclater on pense toujours autant à vous même plus chaque jour. Plein de bisous

    J'aime

  6. Arlette Rivière

    ZUT !! je n’ai plus accès sur le blog de MALIE !! dimanche nous avons eu la foudre et tout a été bousillé !! depuis tout à l’heure j’ai à nouveau internet avec une nouvelle box! nous avons eu de la chance la maison aurait pu brûler ! l’eau chaude, nous l’aurons demain ou après demain … mais enfin nous avons l’eau froide c’est mieux que rien !! et l’électricité a été rétablie assez rapidement .
    merci de m’inviter à nouveau pour aller sur le blog de notre puce chérie à qui nous faisons plein de bisous !!

    J'aime

  7. les villebruns

    super,changement de culture , de paysage.Une nouvelle aventure s’offre à vous.gros bisous de toute la famille.les garçons pensent beaucoup à mali et Teva mais on a du mal à aller sur leur blog.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s