BRYCE CANYON, LAKE POWELL, MONUMENT VALLEY ET … QUAND HERVÉ NOUS A LÂCHÉ….

Après Zion, nous avons fait le magnifique parc de Bryce Canyon. Un de mes préférés. Ses cheminées de fées sont absolument sublimes et tellement poétiques. Nous nous sommes rendus sur un point de vue en faisant une mini balade pour admirer le coucher du soleil sur les hoodoos (c’est comme cela qu’on appelle les cheminées de fées). Magnifique. Le lendemain, nous nous sommes levés assez tôt pour faire une jolie randonnée au milieu des hoodoos. Certaines ont hérité d’un nom à cause de leur forme particulière. Nous croisons assez peu de personnes sur la partie la plus éloignée de la randonnée et nous apprécions. Après la foule de Zion, un peu de calme fait du bien! Sur la fin de la boucle, il y a évidemment plus de monde car les premières hoodoos sont accessibles facilement. Les enfants, après avoir rempli leur livret, passent prêter serment et récupérer leur badge ainsi qu’un joli autocollant car, pendant la randonnée, ils avaient réussi à trouver 3 marques dissimulées sur le parcours, une façon ludique d’encourager les gens à se bouger un peu au lieu de regarder le Canyon depuis le bord en se faisant déposer par la navette.

Nous sommes partis en milieu de journée pour rejoindre le lac Powell. Il est un peu trop tard pour louer des kayaks alors nous allons jusqu’à une plage aménagée au bord du lac pour nous baigner. Il fait vraiment très chaud et cette baignade est la bienvenue. Le soir, nous dormons sur une aire de camping-cars gratuite qui surplombe le lac.

Le lendemain, nous allons chez le loueur à la première heure afin de profiter de nos kayaks. Le ciel est un peu couvert, ce qui nous protège du soleil. Nous pagayons pendant une éternité. Je fais d’abord équipe avec Téva mais nos deux caractères de sauvage ont du mal à s’accorder et nous mettons un certain temps à nous entendre et à caler nos coups de pagaie en cadence. C’est un peu la soupe à la grimace mais nous finissons par trouver un terrain d’entente. A mi-parcours, nous changeons les équipes et je récupère Malie dans mon kayak. J’ai plus de facilité à m’entendre avec elle vu qu’elle ne pagaie que 5 minutes avant de décréter qu’il fallait qu’elle récupère. Au moins, j’ai pu ramer à ma guise! Nous accostons sur une petite plage déserte pour pique-niquer. Il fait bien plus chaud sur la terre ferme que sur l’eau. Nous nous baignons puis, comme nous sommes allés assez loin sur le lac, Nico propose me propose de monter avec lui et de tracter les enfants. Nous les laissons se baigner en plein milieu du lac puis, alors qu’ils remontent à bord, je vois que le ciel s’assombrit. Je demande innocemment à Nico s’il ne pense pas qu’il va pleuvoir. Réponse : « Noooooonnnnnnn », franc et sans hésitation. Bon, s’il le dit… Quelques minutes plus tard, nous commençons à sentir quelques gouttes. Le ciel est maintenant noir et le vent se met à souffler. Nous sommes encore bien loin du loueur et loin aussi de la berge. Nico, qui est d’habitude décontracté en toutes circonstances, ne plaisante pas et demande à tout le monde de pagayer sans s’arrêter. Le vent souffle très fort et nous avançons face aux vagues. J’ai l’impression d’être dans un mauvais cauchemar en pleine tempête. J’ai l’impression que nous n’atteindrons jamais le bord mais à force de pagayer, nous finissons par arriver près d’une berge. Le vent est trop fort pour qu’on puisse continuer à pagayer. Nico descend et tire les bateaux jusqu’à ce qu’on puisse ramer à nouveau. Avec les enfants nous finissons à pieds et Nico ramène les bateaux au loueur tant bien que mal. Téva y a mis toutes ses forces et a pagayé sans s’arrêter jusqu’au bout. Lui et moi avons eu vraiment peur. Malie ne s’est pas bien rendu compte des conditions difficiles. Quant à Nico, sans aller jusqu’à avoir peur, il a craint que nous nous retrouvions pris dans un orage. Une heure à peine plus tard, il n’y a avait plus le moindre souffle de vent et le lac était redevenu aussi calme qu’une mer d’huile… Bref, plus de peur que de mal mais je ne suis pas prête d’oublier mon passage sur le lac Powell, magnifique lac artificiel qui a nécessité 17 années pour être rempli. Après cet épisode riche en émotion, nous sommes allés à l’office de tourisme du lac pour admirer l’immense barrage et récupérer deux badges de ranger junior de plus. Nous passons ensuite la nuit dans un décor de western à deux pas du lac et assistons à un magnifique coucher de soleil.

Notre prochaine étape nous emmène jusqu’à Monument Valley, paysage de western par excellence qui a d’ailleurs servi de lieu de tournage pour bon nombre de films. Nous y arrivons en début d’après-midi. Nous apprenons en arrivant que nous ne pouvons pas nous promener à pieds dans le parc (en pleine réserve indienne et entièrement gérée par les Navajos) car il fait trop chaud et nous ne pouvons pas non plus faire le tour des différentes formations avec notre camping-car car seules les voitures y sont autorisées. Nous n’avons pas d’autre choix que de faire le tour en prenant un 4×4. C’est assez cher mais le tour vaut complètement le coup et nous comprenons pourquoi l’accès à la route est interdit aux camping-cars. La route est toute cabossée et ça secoue fort dans le 4×4. Les formations rocheuses sont plus belles les unes que les autres.

Après le tour, nous mangeons dans le camping-car avant d’assister au coucher du soleil sur les célèbres mitaines vues tant de fois dans les westerns.

Nous passons la nuit sur un parking avec vue sur Monument Valley.

Le lendemain nous nous levons car nous avons prévu de faire la petite randonnée que nous n’avions pas pu faire la veille pour cause de chaleur. Mais Hervé en avait décidé autrement. A peine partis, nous entendons que le camion fait un drôle de bruit : clac, clac, clac, clac, clac. Nico s’arrête dès qu’il le peut sur le bas côté et là, le camion ne redémarre plus. HS. Cela marquera le début d’une longue journée de galère. Nous sommes en pleine réserve Navajo, au milieu de nulle part. Comme notre opérateur téléphonique ne couvrait pas la région, nous n’avions aucun moyen de téléphoner. Nous avons arrêté une première voiture assez rapidement. Une famille de touristes californiens. L’homme appelle un garage que nous avions repéré sur mapsme et qui se trouve à 7 miles de nous. Le garagiste lui répond qu’il est occupé mais qu’il va venir dans deux à trois heures. Trois heures plus tard, toujours personne. Nous arrêtons une autre voiture pour rappeler le garage qui répond qu’il est trop occupé et qu’il ne viendra pas. Nous venons de perdre 3 heures. Le jeune indien qui vient de s’arrêter nous dit que son grand-père est mécano et qu’il va aller le chercher. Pendant que nous attendons, un autre indien s’arrête et téléphone à notre assurance qui nous envoie une dépanneuse. Pendant ce temps là le jeune est revenu avec son grand-père et celui-ci pense qu’il n’y a pas assez d’huile. Nico se fait donc emmener à une station service pour acheter de l’huile et remet de l’huile dans le moteur. Entre-temps un autre couple d’indiens s’arrête et nous prête ses pinces pour essayer de faire redémarrer Hervé. A force de charger la batterie, Hervé redémarre mais fait toujours un bruit infernal. Et quelques secondes après, une pièce tombe carrément du moteur. Les indiens nous disent que le camion est mort et qu’il n’y a plus rien à faire. Ils repartent et nous attendons toujours la dépanneuse. Comme nous avons encore besoin d’appeler, nous arrêtons une autre voiture. Un jeune couple qui nous avait vu en passant le matin s’arrête. L’homme nous conseille de faire remorquer le camion dans l’autre direction car nous y trouverons une plus grande ville et aurons plus de chances de faire réparer Hervé là-bas. Il appelle un garage qu’il connaît et nous garantit que quelqu’un va venir nous remorquer. Il nous laisse son numéro et prend le nôtre en nous souhaitant bonne chance pour la suite. Nous annulons la première dépanneuse qui n’était même pas encore partie et nous attendons deux heures de plus sur le bord de la route. Quand la dépanneuse arrive enfin, il est 18h00. Nous sommes sur le bas côté depuis 8h30 du matin, et la journée n’est pas finie. Le gars met une bonne demie heure à attacher le camion puis nous montons tous dans la remorqueuse et c’est parti pour deux heures de route. Quand nous arrivons à Blanding, il est 20h30. Pendant l’attente, nous avions préparé nos sacs de façon à ne rien laisser dans le camion. Le garagiste qui nous a remorqué nous dépose dans un motel, le « moins cher de la ville » à 100$ la nuit et nous allons manger un hamburger dans un diner à 5 minutes à pieds. L’heure n’est pas à la rigolade. Nous évaluons notre différentes options : faire réparer Hervé, abandonner Hervé et continuer avec une voiture de location et des échanges de maison dans la mesure du possible, ou rentrer à la maison. Quelle que soit l’option, c’est un gros coup dur.

Le lendemain, nous passons la matinée au garage et après plusieurs coups de fils et de nombreuses hésitations, nous décidons de faire réparer Hervé. Nous en avons pour autant que l’achat du camion lui-même mais c’est encore ce qui nous reviendra le moins cher, en espérant qu’on pourra le revendre. Il faut encore le remorquer dans une autre ville car le garage qui nous l’a remorqué ne peut pas le réparer. L’après-midi, Nico fait du stop pour aller louer une voiture (il n’y a pas de loueur avant Moab, située à 80 miles de nous!). Il a eu de la chance car quelqu’un l’a emmené jusqu’au bout. Pendant ce temps nous restions en contact et je m’occupais de réserver une voiture et de trouver un logement avec home exchange. Mission accomplie : Nico a réussi à récupérer la voiture et nous avons une maison à Moab grâce à nos points pour la semaine. Nous avons de la chance dans notre malheur et nous gardons espoir…

La suite? Encore des récits de parcs nationaux et l’hypothétique réparation de Hervé… Mais tout cela, ce sera pour le prochain épisode.

A très bientôt. Et d’ici-là, portez vous bien.

16 réflexions sur “BRYCE CANYON, LAKE POWELL, MONUMENT VALLEY ET … QUAND HERVÉ NOUS A LÂCHÉ….

  1. Arlette Rivière

    Ben mes chéris que de galères !! mais vous avez raison il faut garder l’espoir (l’espoir fait vivre dit-on!) vous avez du avoir sacrément peur sur le lac !! j’espère que le reste de votre voyage va se passer sans ennuis ! tenez nous au courant ! merci pour toutes ces merveilleuses photos !! nous vous embrassons très,très fort tous les quatre !

    J'aime

  2. christelle

    Des grosses grosses galères…mais vous avez fait le meilleur choix…cette merveilleuse aventure ne devait pas se terminer de cette façon. Les photos sont superbes, les paysages carrément époustouflants, c’est grandiose, magnifique…il vous reste encore de si belles choses à découvrir, et même si Hervé était à bout de souffle et n’a pas tenu la cadence, il va se refaire une santé et vous allez tous repartir du bon pied pour conclure en beauté ce super périple !!! Courage, tout finit par s’arranger, je vous aime fort et je vous fait plein d’énormes bisous !!!!

    J'aime

  3. Françoise et Pierre

    Merci encore Emma pour ce reportage si détaillé et si évocateur des émotions que vous avez traversées : la beauté des sites de Bryce Canyon, de Monument Valley, la peur sur le Lac Powell, et la détresse de la dure journée de la casse d’Hervé… Vos photos sont magnifiques et nous font revivre une nouvelle fois notre périple de 1996… Les américains savent bien préserver leurs sites pour conserver intacts ces joyaux de la nature qui nous touchent toujours autant. La réparation du camping-car est la meilleure solution et continuera à vous permettre de découvrir d’autres merveilles dans les meilleures conditions. Nous vous souhaitons de reprendre la route prochainement avec Hervé pour vivre de nouvelles aventures… Nous attendons la suite avec impatience et vous embrassons tous les quatre très fort. Les Castelnauviens.

    J'aime

  4. sabine Adriensence

    Magnifique !! J ai eu la chance aussi de voir monument valley c est hyper impressionnant 👍👍 Profites bien . Les photos font extras . Merci pour ce partage. Plein de bisousssss 😘❤🙏

    J'aime

    1. Coucou ma Sabine! Mets une bouteille de Tariquet au frais! On pourra discuter de nos aventures en compagnie de Fernande! Je t’embrasse bien fort. Nos soirées filles me manquent et toi aussi! Plein de gros bisous à toi! ❤️❤️❤️😘😘😘

      J'aime

  5. Jorda

    Chère famille ! Nous suivons votre voyage et aussi vos galères !….nous espérons que vous allez arriver à vous sortir de ce souci mais tant que ce n’est que matériel, moindre mal….même si c’est embêtant ! Merci beaucoup pour toutes les infos et magnifiques photos ! On croise les doigts pour vous et pour la suite du périple !! On va appeler ce soir votre ami pour récupérer votre voiture a Servian. On vous embrasse fort !! Marithé et Ariel

    J'aime

  6. Famille Froment

    On espère de tout cœur que vous avez trouvé une solution pour continuer votre merveilleux voyage avec vos deux petits rangers. Grosses bises et bon courage. Jean Luc et Corinne

    J'aime

  7. Muriel Mestre

    Coucou !

    On lit toujours avec autant de plaisir le récit de votre magnifique voyage !!
    Vos photos sont toujours aussi belles !!
    Bravo à vos deux rangers en herbe…

    On vous souhaite de retrouver Hervé en pleine forme et de continuer votre merveilleuse aventure !!

    Grosses bises à vous quatre !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s