DERNIER PAYS DE NOTRE PERIPLE : LE CANADA

Le passage de la frontière fut une simple formalité. A chaque fois, je stresse pour rien. J’ai du être une immigrée clandestine dans une autre vie. Mais dans celle-ci, j’ai un passeport français et ça aide beaucoup. Un simple tampon plus tard et nous voilà au Canada. Les paysages ressemblent encore à ceux des Etats-Unis mais ici, tout est écrit dans les deux langues, en français et en anglais, et de nombreuses personnes parlent français.

Nous avons commencé par nous rapprocher de Calgary où nous avons passé pas mal de temps à régler de petits soucis. Tout d’abord, il nous a fallu remplacer un lanterneau, arraché par le vent sur la route. Nous avons trouvé un magasin de camping-cars accessoiriste et Nico a brillamment remplacé le lanterneau. Il nous a fallu ensuite acheter une carte SIM pour nos téléphones, ce qui ne s’est pas fait sans mal. Le premier opérateur ne proposait pas de cartes prépayées, le second n’en vendait qu’aux canadiens et le troisième enfin a bien voulu nous en vendre une mais il a quand même fallu qu’on fournisse une adresse sur place. Nous avons fourni celle de notre futur logement à Vancouver. Puis il a fallu faire aussi une grosse machine. Bref, quand le linge fut enfin sec, il n’était pas loin de 19h30. Personne n’avait envie d’aller en ville, du coup nous avons opté pour un de nos chers parkings de Walmart, bien pratiques pour dépanner. Le lendemain, nous n’avons vraiment pas envie d’aller visiter la ville de Calgary (à tort peut-être) et après avoir fait les courses, nous sommes partis pour le parc national de Banff. Le parc est immense et il est collé à d’autres parcs nationaux. Comme il est interdit de faire du camping sauvage dans les parcs, il va nous être compliqué de trouver des endroits pour la nuit et nous allons être obligés de faire quelques nuits en camping ou sur des parkings payants. Mais bon, vu qu’on n’a payé qu’une seule nuit aux Etats-Unis et que l’essence est un peu plus chère que chez l’oncle Sam, nous nous disons qu’il vaut peut-être mieux en passer par là plutôt que de faire des kilomètres pour trouver un spot.

Pour notre première après-midi dans le parc, j’ai fait une belle boulette. Nico était au téléphone pour réserver un camping et pendant qu’il donnait nos informations, nous nous faisions dévorer par les moustiques. Je suis donc rapidement retournée seule au camion pour prendre la bombe anti-moustique. Là-dessus, Nico arrive pour me demander ma carte de crédit, ce que je m’empresse de lui donner. Il finit la réservation et je lui demande s’il a récupéré les clefs du camion. Réponse de sa part : non. Je regarde alors par la vitre et vois le trousseau de clefs sur le tableau de bord. Evidemment, j’avais verrouillé toutes les portes. GLOUPS! Je n’en menais pas large et commençais déjà à envisager les difficultés à venir. Grâce à internet, nous trouvons le numéro d’un serrurier. Celui-ci ne répond pas. Nico s’y rend donc en courant pendant que je cherche une solution sur place avec les enfants. Nico me téléphone pour me dire qu’il y en aura pour 180$ de serrurier. Pas question! Il faut qu’on trouve une solution. En mode McGyver, je tords un porte-clefs avec lequel je parviens à crocheter la serrure d’un des coffres. Avec Téva nous vidons tout et à l’aide d’un couteau, je retire toutes les agrafes qui maintiennent le haut et le côté de la banquette-lit des enfants. Mais je m’aperçois alors que tout vissé donc impossible à ouvrir. En revanche, un des panneaux est en bois tout fin, facile à arracher. Nico fait péter le panneau et on envoie Malie se faufiler à l’intérieur pour enfin nous ouvrir et récupérer les clefs! Mission accomplie! Je n’en menais vraiment pas large… Heureusement, tout le monde s’y est mis. Bref, deux heures perdues sur le parking et un panneau arraché plus tard, nous partons à la découverte de Banff. Nous passons d’abord à l’office de tourisme pour avoir des infos et … récupérer encore d’autres livrets! Ici, il s’agit de livrets d’explorateurs, avec encore un badge à récolter. Et en plus, le livret est écrit en français et les enfants vont pouvoir être autonomes pour le remplir.

Nous passons notre première nuit sur un parking de la ville de Canmore, juste à la sortie du parc. C’est autorisé et nous sommes loin d’être les seuls. Seule contrainte : il faut être partis avant 7 heures du matin.

Les enfants restent au lit pendant que nous quittons le parking pour le parc de Banff où nous nous garons sur le parking des sources chaudes. Nous y prenons notre petit déjeuner avant de nous mettre en route pour une randonnée de 11 km avec 700 mètres de dénivelé positif. Nous faisons une partie de la randonnée avec une famille de français en vacances ici. Nous sommes presque les seuls, l’avantage de commencer tôt sa journée. On peut également atteindre le sommet en prenant un télécabine et quand nous arrivons en haut, il y a beaucoup de monde. Nous avons une belle vue sur la vallée et de nombreuses explications sur le parc. Les enfants complètent leurs livrets et nous redescendons au parking. Sur la fin de la randonnée, nous rencontrons la pluie, mais pour une fois, nous avions regardé la météo et pris nos k-ways. Nous déjeunons au camion puis pour récupérer de nos efforts, nous nous offrons une entrée aux bains chauds. Après tout, on a économisé 180$ de serrurier! Les bains portent bien leur nom car l’eau est très chaude, presque trop mais nous en profitons pour nous relaxer. J’ai décidément un problème avec les clés car j’avais également égaré celle de notre casier. Elle m’attendais sagement au porte-manteau de la douche…

Le soir, nous sommes retournés sur notre petit parking et nous avons fait un petit tour rapide dans la ville de Canmore.

Le lendemain, nous avons perdu un peu de temps. Un jeune couple de Québécois nous avait conseillé d’aller voir des lacs tout prêts de Canmore mais non seulement, nous n’avons rien trouvé à y faire mais en plus, le camion fait un drôle de bruit qui ne nous dit rien qui vaille. Après avoir pris le petit déjeuner dans le froid, nous décidons d’aller dans le parc de Banff pour faire d’autres lacs. Nous nous arrêtons d’abord au lac Johnson, superbe petit lac où nous pique-niquons. Puis nous faisons une petite balade le long du lac de Minnewanka avant de prendre possession de notre emplacement de camping à 42 $ la nuit. Je l’ai encore en travers de la gorge mais on a profité de notre emplacement au maximum. J’ai coupé (massacré serait plus juste) les cheveux de Nico, fait travailler les enfants, avancé sur le blog, puis les enfants et Nico ont fait un feu et nous nous sommes régalés de saucisses et de chamallows grillés.

Nous avons passé une bonne nuit et dormi jusqu’à 9h30! Tout le monde en avait besoin. Pancakes au petit déjeuner puis vidange du camion et plein d’eau. Nous avions prévu de faire le canyon Johnston mais Hervé fait encore ce bruit bizarre. Du coup, après un bref arrêt au superbe lac Two Jack, nous sortons une fois de plus du parc et nous nous rendons dans un premier garage qui nous renvoie sur un autre garage qui s’occupe des camping-cars. Nous tombons sur un gars sympathique qui comprend de suite que nous n’avons plus de liquide de direction. Il nous refait le plein et miracle, plus de bruit. Depuis que nous avons fait changer le moteur, nous sommes un peu paranos avec Hervé. En fin de compte, ce n’était pas grand chose mais il fallait mieux le faire voir. Après ce passage par la case garage, nous retournons au parc pour faire la balade que nous avions prévu de faire. Il s’agit d’une promenade le long d’un canyon. La balade est assez spectaculaire car nous marchons sur une passerelle accrochée à la paroi du canyon. Nous avons pu admirer deux jolies cascades mais il y avait énormément de monde car c’est un sentier familial accessible au plus grand nombre. En revanche, pour la suite de la randonnée, de niveau intermédiaire, il y avait nettement moins de monde. Nous avons vraiment l’impression que les gens viennent dans ce parc pour faire tout ce qui est accessible facilement mais pas vraiment pour randonner. Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre mais nous avons eu une belle surprise car nous sommes arrivés dans un paysages magnifique parsemé « d’encriers », de charmantes petites sources naturelles. Malheureusement, nous ne sommes pas restés longtemps car de nombreux taons nous ont gâchés ce moment et nous ont forcé à rebrousser chemin. En revenant au camion, une autre mauvaise surprise nous attendait : un des pneus était franchement dégonflé. Par chance nous trouvons une station service dans laquelle nous avons pu regonfler le pneu et comme il avait l’air de tenir, nous avons repris la route jusqu’à un grand parking qui sert d’aire d’appoint pour camping-cars. C’est juste un parking et nous sommes tous les uns à côté des autres mais il est au départ des navettes pour le lac Louise, il y a de la place et il ne coûte « que » 10,80$.

Pour nous rendre au lac Louise, nous avons pris une navette. Une demie-heure de queue et 12 $ plus tard, nous avons pris place dans un authentique « school bus », comme les écoliers canadiens. Le lac Louise est fidèle à sa réputation. Il s’agit en effet d’un lac à l’eau d’un bleu-vert magnifique, au pied d’un glacier. Royal. Il y a énormément de touristes aux abords du lac mais comme nous l’avons déjà constaté, dès que l’on s’éloigne un peu il y a déjà nettement moins de monde. Nous empruntons un sentier qui nous mène d’abord au lac Mirror, puis au lac Agnès, deux petits lacs sympathiques puis nous prolongeons de 5 km pour atteindre la plaine des six glaciers. Il pleuviote mais rien de bien méchant et nous avons même droit à une accalmie le temps de manger. Après le déjeuner, Nico avait prévu de prolonger un peu la balade en solo en faisant un petit footing mais il pleut à nouveau et avec les enfants nous n’avons vraiment pas envie d’attendre dans le froid et sous la pluie. Toute la famille reprend donc le chemin du retour qui nous permet de longer le lac sur toute sa longueur. Superbe! Le soleil est revenu et nous nous arrêtons sur un banc pour que les enfants complètent leurs livrets d’explorateur avant de reprendre la navette pour le parking où nous avons laissé Hervé et où nous allons passer une deuxième nuit.

Pour vous rendre au lac Moraine, vous avez deux options : payer 28$ de navette ou vous lever à 5 heures du matin pour tenter de trouver une place. Nous avons choisi la deuxième option. Les enfants encore endormis, nous avons roulé jusqu’au lac pour nous rendre compte avec effroi que même à 5h45 du matin, le parking était plein. Scène complètement surréaliste! Nico a quand même réussi à se garer sur le bas côté mais très en pente puis est allé prendre des photos du lac au lever du soleil pendant que les enfants dormaient encore. Puis, très enthousiaste il revient nous chercher et nous allons à notre tour découvrir le lac. Et quel lac! Le plus beau que nous ayons vu, et de loin. Personnellement je le trouve encore plus beau que le lac Louise. Sa couleur est tout simplement irréelle, à couper le souffle. Il y a beaucoup moins de monde qu’au lever du soleil car les gens viennent ici très tôt pour prendre des photos puis repartent aussitôt. Nous sommes donc presque seuls et nous prenons notre temps. Puis, la faim se fait sentir et nous retournons au camion pour prendre un petit déjeuner. Nous réalisons alors que des places se sont libérées sur le parking officiel et Nico y déplace Hervé. Nous avons eu de la chance sur ce coup-là. Après le petit-déjeuner, nous faisons une petite randonnée jusqu’au sympathique lac Consolation où les enfants suivent un stage de « bouquetins » (pour ceux qui ne connaissent pas, cela consiste à sauter de rocher en rocher le plus vite possible) sous la houlette de Nico pendant que je fais quelques étirements au bord du lac. Après la pause déjeuner, nous faisons cette fois-ci une courte balade le long du lac, l’occasion pour nous de l’admirer sous toutes ses coutures. Puis Nico part faire son footing pendant que je fais travailler les enfants. Après avoir bien profité de l’extraordinaire lac Moraine, nous nous rendons au village du lac Louise afin que les enfants fassent valider leurs livrets d’explorateur. On n’est loin du protocole américain. La personne à l’accueil regarde à peine les livrets et remet à chaque enfant une espèce de médaillon sans qu’ils ne prêtent serment. Même si cette dernière partie ne leur manque pas, ils sont un peu déçus de ne pas avoir de badge et les livrets les intéressent moins. Ceci étant dit, quand on leur a demandé s’ils voulaient quand même faire ceux des autres parcs, ils ont répondu oui sans hésiter. Cela ne doit pas être si mal après tout… Nous retournons ensuite sur notre parking habituel pour la troisième nuit consécutive.

Demain, nous quittons le parc de Banff momentanément pour le parc voisin de Yoho.

J’avais de grosses attentes concernant le Canada et je ne suis pas déçue. Les paysages, qui rappellent un peu ceux des Alpes, sont magnifiques et les gens sont très sympas. Seul regret (surtout pour Nico), ne pas avoir nos vélos, kayaks et stand up paddles. Du coup, nous devons nous « contenter » de randonner (ce qui me satisfait pleinement) quand certains (comprenez Nico) aimerait faire du vélo ou du kayak. Enfin, il y a pire dans la vie! Et je vous invite vraiment à venir découvrir ce pays fantastique.

La connexion se faisant rare dans les parcs nationaux, je n’ai pas toujours le loisir de répondre à vos commentaires mais je peux les lire et comme d’habitude, ils nous font toujours plaisir. Bises à tous. A très bientôt pour plus de nouvelles et d’ici-là, portez-vous bien.

Et en bonus, la vidéo de notre première semaine au Canada. Enjoy!

19 réflexions sur “DERNIER PAYS DE NOTRE PERIPLE : LE CANADA

  1. Arlette Rivière

    Merci pour ce récit toujours très vivant ainsi que pour les superbes photos !! mais SURTOUT pour la vidéo !! quel plaisir d’entendre vos voix !! et de vous voir bouger tout près
    nous vous embrassons très fort continuez de vous régaler et de nous faire régaler !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Axel

      Coucou Teva,
      J espere que tu vas bien et ta famille aussi. Merci pour ta carte. Profite bien car tu dois voir de belles choses. On ira faire un tour de vtt quand tu rentreras !
      Gros bisous a tous. Profitez bien
      Axel
      (bises a vous 4 de nous 5)

      J'aime

  2. christelle

    j’hésite encore….dans quelle émission je vais bien pouvoir vous inscrire au casting (fort boyard, kho lanta, ou sur Gulli ….)??? Ou alors on peut louer les services de Malie pour quelques larcins…dans la région elle serait demandée, mais ce n’est pas recommandé ! Merci pour cette vidéo, bonus de fin de séjour, qui nous embarque à bord d’Hervé en famille avec vous 4, et nous fait respirer l’air pur et frais en rando ! Les paysages sont magnifiques ( les enfants aussi, Malie Gyver et Téva Indiana Jones, ils me manquent trop !) et d’une beauté magique, les soucis de santé d’Hervé ne pouvaient décidément pas vous priver de ce bouquet final ! plein plein d’énormes bisous !!!

    Aimé par 1 personne

  3. Famille Froment

    Encore de superbes et grandioses paysages et des aventures et mésaventures pas de tout repos . Vous assurez un max et les enfants encore plus . Quelle belle famille . Merci pour la vidéo qui nous a un peu plus rapproché de vous . A très bientôt maintenant . Grosses bises à vous quatre . Jean Luc et Corinne

    Aimé par 1 personne

  4. Emilie

    C’est tellement beau!!!
    De le voir à travers vos yeux, c’est un peu comme si on y était.
    Je ne commente pas à chaque fois, mais avec Thomas, on lit toutes vos publications et on suit toutes vos étapes. Profitez bien de la dernière
    On se verra à votre retour pour les récits en live 😉
    De gros bisous à vous

    J'aime

  5. les villebruns

    magnifique,on vote comme Teva (s’il n’a pas changé d’avis)pour le Canada.les paysages sont sublimes.ce pays nous a toujours fait rêver entre autre avec les récits de Nicolas Vanier.La vidéo est top,et çà fait plaisir de vous voir épanouis,heureux et ….Gros bisous les villebruns

    Aimé par 1 personne

  6. Françoise et Pierre

    Ces belles photos nous font découvrir les beaux paysages que vous traversez, cette partie du Canada est vraiment incroyable… Les lacs dans lesquels se reflètent admirablement les montagnes représentent bien l’idée que l’on se fait des Rocheuses. Malgré les désagréments que vous rencontrez, vous avez maintenant la faculté à faire face et à vous adapter à n’importe quelle situation. Vos deux « rangers en herbe » sont toujours aussi motivés et intéressés par ce qu’ils voient, c’est super. La vidéo nous fait partager d’une manière plus dynamique vos différents moments de vie, on en redemande du bonus comme cela… Merci Emma pour ce travail d’écriture, de mise en page et de montage qui nous comble de plaisir car il nous fait partager de façon réaliste votre périple. Gros bisous à tous les quatre des deux Castelnauviens (et de Pieday).

    Aimé par 1 personne

  7. Muriel Mestre

    Nouveau pays, nouvelles aventures…
    Vos photos sont toujours un régal ainsi que votre récit !!
    La vidéo est vraiment très chouette !! Bravo aussi pour les choix musicaux !!
    J’attends la suivante avec impatience…
    ENJOY till the very end !!

    Grosses bises à vous quatre.
    Muriel et sa famille

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s