Road trip en Italie du Sud : tous nos conseils pour en profiter pleinement

Vous cherchez une idée de destination pour partir en vacances avec votre van aménagé? Que ce soit seul, en couple, ou en famille, l’Italie est un choix séduisant. Cependant, ce n’est pas si simple de voyager en Italie en van. 

Dans cet article, je vais partager avec vous mes astuces pour que le voyage se passe au mieux.

1.Pourquoi ce choix de destination?

Notre circuit
  1. Parce que c’est une destination proche

Nous avons la chance de pouvoir voyager souvent et nous avons fait plusieurs séjours en Espagne et au Portugal mais jamais en Italie. Je ne sais pas pourquoi, mais mon conjoint avait des aprioris sur la destination et il disait même à qui voulait bien l’entendre qu’il n’était “pas vraiment emballé” par mon choix de destination pour les vacances. Or, tous les gens que je connais et qui sont partis en Italie sont absolument ravis de leurs séjours. En plus, ce n’est quand même pas “très loin” de chez nous (nous vivons dans le sud de la France) et c’est un pays qui, tout en étant différent du nôtre, partage notre culture latine.

  1. Parce que l’Antiquité et l’Empire Romain sont au programme au collège

Nos enfants passent en 5ème et 4ème cette année et ont ou vont donc étudier l’Empire Romain au collège. J’avais envie de leur donner la chance de voir de leurs propres yeux les ruines de ce fascinant empire. Quoi de mieux que de visiter le Colisée ou de se promener dans les rues de Pompéi pour mettre des images concrètes sur ce qu’ils ont appris en classe. C’est le genre de chose que j’aurais adoré faire quand j’étais gamine et que je suis heureuse de pouvoir offrir à mes enfants.

  1. Parce que la ville de Rome est sublime

En fait, nous avions fait escale une fois à Rome quand nous sommes partis au Sri Lanka en 2016 mais comme j’étais malade comme une bête, nous nous étions contentés d’un petit tour en bus rouge, les fameux « sightseeing » qui vous font faire le tour de la ville. A l’époque, j’avais été séduite par cette ville que je trouvais à la fois sublime et complètement dingue. Donc, si nous devions aller en Italie, je voulais absolument retourner à Rome.

La route étant longue, mon mari a suggéré que l’on fasse étape à Pise.

Pise

Pour la suite du voyage, je savais que je voulais absolument aller à Pompéi. Nous avons donc naturellement couplé Naples avec ce site.

Quant à la suite du voyage, j’ai demandé conseil autour de moi à des collègues ayant déjà voyagé dans ce secteur. Mon collègue d’EPS m’a chaudement recommandé la côte Amalfitaine et ma collègue de français m’a convaincue de pousser jusqu’à Matera.

Nous n’avions pas spécialement prévu d’aller plus loin mais une famille milanaise rencontrée à Naples nous a donné envie de descendre jusqu’à Lecce, dans le talon de la botte. On s’est dit qu’on n’allait pas redescendre jusque là en fourgon de sitôt et que ça valait le coup de faire quelques kilomètres de plus.

Sur le retour, nous avons retrouvé ma sœur et sa petite famille au sud de Livourne, ce qui nous a permis de faire un arrêt à Florence (pas du tout prévu initialement).

Florence

2) Les difficultés rencontrées en van

  1. Le camping sauvage est interdit

Comme dans beaucoup d’endroits maintenant, le camping sauvage est interdit. Impossible (ou tout du moins) très difficile de se garer dans des endroits “nature” sans risquer la prune. Par conséquent, nous avons dû séjourné sur des aires à des prix plus ou moins raisonnables et plus ou moins bien situées par rapport à nos centres d’intérêts.

  1. Il est interdit de circuler en camping car dans certaines villes et villages

Si vous avez un petit van aménagé, vous n’aurez peut-être pas de problème. Mais les camping-cars sont interdits à la circulation dans Rome, dans Florence et même dans certains villages comme Alberobello et Matera.

D’autre part, le stationnement peut être aussi un peu prise de tête. Certains parkings sont interdits aux véhicules aménagés (comme en France d’ailleurs), notamment sur la côté Amalfitaine où nous avons bien galéré, et les commentaires laissés par les utilisateurs de l’application Park4Night laissaient entendre qu’il était assez fréquent de se faire “visiter” son véhicule. Ce qui fait qu’on passait toujours pas mal de temps à choisir notre place de stationnement. Ceci dit, nous nous sommes peut-être montrés excessivement prudents et nous aurions sans doute pu moins nous prendre la tête avec ça.

  1. Les routes et les rues dans les petits villages sont super étroites

Autant vous dire qu’on a serré les fesses une paire de fois! L’Italie en général n’est pas vraiment adaptée au format camping-car. Mais que cela ne vous empêche pas de partir. Nous avons croisé pas mal de camping caristes qui n’avaient pas l’air d’être gênés. Malgré toutes ces contraintes, nous avons quand même passé un très bon séjour quand même. 

3) Quelques astuces pour votre séjour en van 

  1. Prenez des vélos!

Nous ne les avions pas pris car Nico et les enfants ont des bons vélos qu’ils avaient peur de se faire faucher et aussi parce qu’on voulait pouvoir ouvrir les portes arrière facilement mais cela nous aurait vraiment faciliter la vie. Beaucoup de personnes avaient des vélos électriques voire des scooters ou des motos. Nous avons même croisé une famille française à Pompéi qui avait carrément loué une petite voiture en plus sur place car comme je vous le disais plus haut, il est extrêmement difficile de s’approcher des sites en camion. Il faut dire que leurs enfants étaient jeunes et qu’il faisait très chaud.

  1. Choisissez bien vos aires

Plusieurs critères sont bien sûr à prendre en compte mais ce qui va vous faciliter la vie c’est la proximité avec les transports en commun. Nous avons pris plusieurs fois le bus (à Rome, à Amalfi) mais aussi le train (à Naples) pour nous rendre au centre ville. Vous allez déjà marcher toute la journée donc si vous pouvez vous épargner une petite marche d’approche supplémentaire, ce n’est pas plus mal…

Les aires sur lesquelles nous étions étaient plutôt moches (grand parking en bitume sans ombre) mais nous avons toujours été bien accueillis et beaucoup d’entre elles proposaient douches, toilettes et lavabos.

  1. Il y a de l’eau partout!

Et ça, c’est cool! Pas besoin de vous charger avec de nombreuses gourdes, vous pourrez toujours trouver de l’eau partout. Il y a de nombreuses fontaines d’eau potable et vous pourrez même faire le plein d’eau gazeuse gratuitement à proximité du Colisée. Ils sont fous ces romains!

Et quand nous étions en “sauvage” (car oui, on l’a fait quand même), nous avons toujours trouvé de l’eau pour le camion.

  1. Partez hors saison

Être partie en plein été est mon plus grand regret. Trop de monde, trop chaud …

Je pense que le printemps est la saison parfaite pour un voyage en Italie mais c’est juste ce que je pense et je me trompe peut-être.

4) Les endroits où nous avons dormi et ce que nous avons fait

VilleAireMoyen de rejoindre les sitesActivités et visitesNote de 1 à 5
PiseSeule aire indiquée par P4NBon accueilPas de WC ni de douches15€ avec électricité20 minutes à pieds de la tour de PiseTour de Pise4
RomeAire au Sud Ouest de la villeBon accueilPas de WC ni de douches15€ les 24 heures avec électricité40 minutes en bus de la Piazza Veneziaticket de bus à acheter à l’épicerie en bas de la rue pour 1€50Colysée VaticanForumsFontaine de TreviPiazza Nevola4
TivoliAire gratuite d’une saleté sans nom mais avec eau et de quoi vidangerNous avons repris le camion pour nous garer directement au niveau du siteVilla Adriana1
NaplesAire de PorticiWC et douchesJuste un parking très moche21€ par nuit20 minutes à pieds pour aller à la gare puis 20 minutes de trainBalade dans les ruesMusée archéologique national3
PompéiAire la GiulianaEnfin de l’herbe! Douches, WC, lavabos, machine à laverAccueil fantastique35€ la nuitaller : navette depuis l’aire 5 €retour : à pieds, 30 minutesSite de Pompéi5
Côte AmalfitaineAire La DivinaTrès bon accueil, au vert, douches et WC25€ la nuitTrop loin! 1 heure de bus pour aller jusqu’à Maiora.Au retour, on a raté notre correspondance, plus de bus avant 23h00, sous la pluie, du coup nous avons pris un taxi pour la modique somme de 70€!!Sentier des citrons, bateaugrotto del smeraldosentier des dieux3 car trop loin!
SalerneAire au sud Est de la villePas de douches ni de WC10€ les 24 heures sans électricité (15€ avec)Nous y avons seulement passé la nuit en revenant de Positano.3
CastelmezzanoNuit en sauvage devant une petite chapelle.Attention, ça monte fort!Sentier des 7 pierresCastelmezzano, Pietrapertosa,Via Ferrata4
MateraNuit en sauvage sur le parking de l’universitéDe nombreux autres camionsTrès safe10 minutes à pieds du centre villeSassiPoints de vue3
LeccePas osé dormir en sauvageAire de la Zolfara (sur la côte)Douches, WC, lavabosAccueil sympa30€ la nuit5 minutes à pied de la plage20 minutes de la grotte della poesiaPlageGrotte4
PolignanoNuit en sauvageGrand parking à la sortie du villageBeaucoup d’autres camionsDirectement sur la plageAlberobello : nous avions stationné sur un parking qui accepte les camping cars pour 10h00 les 6€Polignano : Parking payant proche du centre (pas celui où nous avons dormi) mais nous aurions pu aller au centre du village à pied depuis notre spot pour la nuitAlberobello : balade dans les rues de la villes au milieu des trulliPolignano : baignade sur la plage bondée du centre ville puis balade dans les rues5
FlorenceAire (ou plutôt parking) au nord de la villePas de services 18€ les 24 heuresà 5 minutes du tramway15 minutes de tramway pour aller au centre historiquebalade nocturne dans les rues de la ville,pont, David, etc…3
BibbonaNuit en sauvage sur un parkingvillage de Bolgheri3

5) Ce que nous avons particulièrement apprécié en Italie

  1. La nourriture

Nous avons mangé de formidables pizzas ainsi que de délicieuses glaces et de la “vraie” mozzarella.

Nous avons testé plusieurs fois les plaques de pizza vendue à la part dans de petits restaurants à emporter : un vrai délice! Des saveurs comme nous n’en avons pas chez nous : courgette / huile d’olive / citron, pesto / tomates cerises / mozzarella. Même chose pour les glaces. Les enfants ont goûté des parfums qu’ils ne connaissaient pas comme noisette, cheesecake ou encore pastèque et ils se sont régalés. Le tout, vraiment pas cher : environ 15 € pour 8 parts de pizza et 2€50 par glace (nous prenions des “copetas piccolas”, ie des petites coupes) avec deux parfums. Cela aurait été dommage de s’en priver!

  1. Les visites

J’ai particulièrement aimé la ville de Rome et pour bien faire, il faudra y passer au moins 4 ou 5 jours pour pleinement en profiter. Je trouve cette ville complètement dingue. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Se balader au milieu des ruines dans une capitale, ça fait un drôle d’effet! Sans parler du majestueux Colisée, des places, statues, fontaines, monuments en tous genres qui cohabitent dans cette ville aux mille visages!

Le Vatican

Si vous avez le temps, le site de Tivoli est aussi très intéressant car bien conservé.

La visite de Pompéi m’a également beaucoup impressionnée. C’était incroyable de se promener dans une ville chargée d’histoire et d’émotion qui a existé il y a plus de 2000 ans!

  1. Les villages

La visite de Castelmezzano n’était initialement pas prévue au programme mais nous sommes tombés sous le charme de ce petit village accroché à la montagne. 

Je vous recommande particulièrement la petite ville de Matera (avec ses habitations troglodytes) ainsi que le village d’Alberobello avec ses petites maisons que l’on nomme “trulli”.

Enfin, le petit village de Bolgheri vous fera définitivement tomber amoureux de la Toscane!

  1. La côte Adriatique

Même si la côte Amalfitaine est sublime, nous lui avons préféré les plages côté mer Adriatique, plus sauvages, moins bondées. Nous avons trouvé qu’il y avait beaucoup trop de monde sur la côte Amalfitaine et surtout que la vie y était hors de pris. C’est un peu l’équivalent de la côte d’Azur chez nous. Très beau, mais pas pour nous!

De l’autre côté, le paysage est fait de falaises, de grottes et d’eau cristalline. De plus, il y a “un peu” moins de monde.

6) Ce que nous n’avons pas aimé

  1. Il y a beaucoup de monde!

Ce qui nous amène à la première chose que nous n’avons pas appréciée : le monde! Il y avait du monde partout. Nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas l’habitude de partir dans des destinations touristiques en plein été. En général, on part à contre-courant : Portugal en Octobre, ski à Pâques, et on va souvent à la montagne en été. Donc, nous avons été un peu surpris par le flux de touristes et nous nous sommes dit que l’Italie pourrait être une destination parfaite pour les vacances de Pâques.

  1. Rien n’est fait pour facilier la vie des camping caristes

Outre le fait qu’on ne puisse pas faire du camping sauvage, il y a très peu d’aires gratuites et les aires payantes sont relativement chères pour des prestations parfois décevantes. De plus, il est plutôt difficile de se garer gratuitement et à proximité des sites en camion.

On note en revanche qu’il y a de nombreuses aires de vidange sur les autoroutes.

  1. C’est très sale

C’est vraiment ce qui nous a le plus déçu en Italie du Sud. C’est extrêmement sale. Il y a des déchets partout, des sacs plastiques éventrés sur les routes et à perte de vue, pas ou peu de poubelles dans les lieux publics. Bref, une vraie décharge! La famille milanaise que nous avons rencontrée nous a dit que c’était moins sale à Milan et eux-même étaient choqués de la quantité de déchets dans les villes et sur le bord des routes.

De plus, tout est tagué, les murs sont dans un piteux état. Les villages nous ont parfois fait penser à ceux de la Bolivie. C’est pour dire!

Quand je pense qu’en France, on essaie de faire le tri dans nos déchets et que nos voisins italiens n’en sont même pas au stade de jeter leur sac dans une poubelle, je me dis qu’on n’est pas sorti de l’auberge. On a beau avoir des cultures proches, nos façons de vivre sont finalement très différentes.

Conclusion

On a trouvé globalement que le voyage en fourgon aménagé en Italie était assez compliqué et fatigant, peut-être parce qu’on a pas l’habitude de partir dans des destinations touristiques ni de visiter des grandes villes avec notre camion.

Mais cela valait totalement le coup. Ce que nous avons eu la chance de voir et de visiter restera longtemps gravé dans nos mémoires et je pense très sincèrement que d’autres régions d’Italie, à d’autres périodes seraient certainement plus faciles et plus agréables à visiter.

Donc, il n’est pas exclu que nous retournions en Italie avec notre fourgon, mais en choisissant mieux notre destination et nos dates.

J’espère que cet article vous aura apporté quelque chose.

Si jamais vous avez visité l’Italie en camion ou si vous envisagez de le faire, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire sur le blog.

A très vite pour de nouvelles aventures, et d’ici là, portez vous bien!